WASHINGTON – «O Dieu, fais-moi baisser ce prix!» entonne Rocky Twyman devant une station-service de Washington: alors que le prix de l’essence inquiète les consommateurs américains, le sexagénaire a relancé son mouvement insolite «Prier à la pompe».

La dernière fois que Rocky Twyman et ses amis ont prié pour faire baisser le prix de l’essence, c’était à l’été 2008, lorsque le gallon – 3,8 litres – d’essence ordinaire flirtait avec une moyenne nationale de 4,12 dollars.

Dieu avait alors dû les entendre: le prix avait chuté jusqu’à 1,61 dollar en novembre de la même année, alors que M. Twyman parcourait le pays de l’Atlantique au Pacifique pour animer «Prier à la pompe», devenu la coqueluche des médias.

Quatre ans plus tard, les prix remontent et le militant aux cheveux argentés originaire du Maryland, qui croit dur comme fer à l’efficacité de la prière, n’hésite pas à repasser à l’action.

Rocky Twyman a ainsi porté jeudi sa croisade dans une station Exxon affichant le gallon 4,05 dollars dans le centre de Washington, à cinq minutes à pied du Capitole, où siège le Congrès.

«Trop de gens en souffrent», ajoute-t-il, levant un panneau invitant à une forme simple de prière: «Klaxonnez pour avoir l’essence à 2 dollars maintenant».

Personne ne klaxonne, mais Rocky et ses camarades n’abandonnent pas.

Ils chantent «Fais baisser les prix de l’essence» sur un air de cantique pour enfants, puis «Nous aurons des prix plus bas» en empruntant avec bonheur le thème de l’hymne des droits de l’homme We Shall Overcome.

«Nous pensons que seule une intervention divine peut nous aider maintenant», proclame M. Twyman, 63 ans, vêtu d’un dashiki, le vêtement coloré d’Afrique occidentale. Les journalistes qui l’entourent sont plus nombreux que le noyau dur de ses partisans.

Il exhorte le président Barack Obama à tenir un «sommet pluraliste de prière pour faire baisser les prix de l’essence» et propose une veillée de prière la semaine suivante devant l’ambassade d’Arabie saoudite, deuxième source de pétrole importé aux États-Unis après le Canada.

«Nous avons un blocage au Congrès… et avec tout ce qui se passe au Proche-Orient, les parlementaires ne semblent pas capables de résoudre ce problème», poursuit M. Twyman: «Nous nous tournons donc vers les instances plus puissantes».

L’Association américaine pour l’automobile (AAA) prédit que le prix moyen du gallon d’essence pourrait atteindre 4,25 dollars en mai, contre 3,61 dollars aujourd’hui.

Trois Américains sur quatre prennent leur voiture pour aller travailler et faire les courses implique souvent un long trajet. Rien d’étonnant à ce que le prix de l’essence soit un sujet sensible, surtout à l’approche d’une élection présidentielle.

En campagne en Floride jeudi, le président Obama s’est gaussé de ses rivaux républicains qui cherchent à attirer des électeurs en promettant l’essence à 2 dollars le gallon.

«Comme l’année dernière, la première cause de la hausse du pétrole est l’instabilité au Proche-Orient, cette fois-ci en Iran», a dit le président.

S’y ajoutent la fermeture de raffineries en Pennsylvanie et aux Iles Vierges américaines et le retour des Américains au travail avec la reprise de l’économie, dit à l’AFP la porte-parole de l’AAA Nancy White.

L’une des camarades de prière de M. Twyman, une octogénaire pleine d’énergie, offre une explication plus percutante. «Vous croyez au Diable? C’est lui qui fait cela. Ce n’est pas Dieu», dit Harriet Langley.

«Mais Dieu changera tout cela» assure-t-elle. «Il entend les prières et les exauce».

Source : canoe.ca

Publicités

Les commentaires sont fermés.