Dans les coulisses de l’émission « Des paroles et des actes », Carla Bruni-Sarkozy s’est offusquée d’une drôle de façon d’une question posée par la journaliste Nathalie Saint-Cricq…

« Il fait un froid de gueux. » Carla Bruni-Sarkozy avait donné le ton à peine entrée à l’intérieur des locaux de France Télévisions en compagnie de son président-candidat de mari, qui s’apprêtait, ce mercredi soir, à participer à l’émission de France 2 « Des paroles et des actes ». En effet, quelques heures plus tard, la première dame de France, qui suivait la prestation de Nicolas Sarkozy depuis leur loge, a lâché, pour parler de son couple, une phrase qui ne manquera pas de faire jaser : « Nous sommes des gens modestes. »

Souriante et ostensiblement détendue, elle ne laissait pourtant rien montrer d’une quelconque nervosité tandis qu’elle dissertait avec des journalistes de France Télévisions et leur président Rémy Pfimlin, en marge de la dernière préparation de son époux. « Les journalistes sont tous des Pinocchio », rigolera-t-elle ainsi, en mimant le nez qui s’allonge de la célèbre marionnette.

Idem lorsqu’elle accompagnera, pendue à son bras, le président-candidat jusqu’au plateau, avant de l’embrasser pour le plus grand bonheur de la nuée de photographes présents, qui n’auront cette fois même pas à voler le cliché, comme lors de la déclaration de candidature du 15 février dernier, au journal de TF1. C’est en fait une fois posée dans sa loge qu’elle montrera ce que l’on pourrait qualifier de signes d’agacement.

Ce n’est pourtant que d’une oreille distraite qu’elle écoute son mari, prêtant visiblement plus d’attention au clavier de son téléphone portable. Jusqu’au moment où Nathalie Saint-Cricq pose, une nouvelle fois, une question sur le Fouquet’s et les regrets censés aller avec. « Nous sommes des gens modestes », réplique-t-elle d’emblée. Avant d’interroger Henri Guaino, assis à ses côtés : « De temps en temps, ils donnent la parole à des journalistes de droite ? » Le conseiller spécial fera semblant de ne rien entendre. On se demande bien pourquoi.

Source : metrofrance.com 

Publicités

  1. pitchan dit :

    effectivement elle m’a bien fait marrer celle là!
    top devinette:
    -je vis sous les ors de la République, je suis une artiste qui rencontre les grands de ce monde et les artistes en vogue, mon mari s’est octroyé une augmentation de 130% en arrivant au gouvernement je suis …. une personne modeste bien sûr
    ^^
    La suite c’est Géant disant de Sarokzy qu’il a « une vie d’une austérité extrême » aaaaaamen

  2. bzhgild dit :

    Ils ont pas la mème définition du mot que nous.