De Lomme (métropole lilloise) à Cannes, ce retraité à parcouru plus de 1 000 km pour récupérer un chèque qui n'a jamais existé. Alain AUBERT / Le Figaro

De Lomme (métropole lilloise) à Cannes, ce retraité à parcouru plus de 1 000 km pour récupérer un chèque qui n’a jamais existé. Alain AUBERT / Le Figaro

Après avoir traversé la France pour récupérer un chèque de 100 000 euros que lui promettait un prospectus publicitaire, le périple d’Aimé Lehmann, 67 ans, devrait prendre fin ce soir, après de multiples péripéties.

Il a 67 ans, de maigres économies, et se déplace en déambulateur. Pourtant, Aimé Lehmann, habitant de la métropole lilloise, a décidé de traverser la France, direction Cannes, pour y récupérer un «gros lot» que lui promet un prospectus publicitaire d’une société de vente par correspondance. Et pas n’importe lequel: celle-ci ne lui propose ni micro-ondes, ni téléviseur, ni même une voiture flambant neuve, mais une petite cagnotte de 100 000 euros. Bien qu’adressé à son nom, le courrier aurait dû l’interpeller. Mais le clinquant «Vous êtes l’heureux gagnant d’un chèque de 100 000 euros. Venez le retirer immédiatement à Cannes» semble trop alléchant pour lui faire entendre raison.

Loin de penser à une arnaque, Aimé Lehmann se met à la tâche de rallier à son périple quelques habitants de sa commune de Lomme pour que l’un d’entre eux vienne avec lui. «Il m’a demandé de l’accompagner à Cannes. Je ne comprenais pas ce qu’il voulait dire. Vu qu’il se déplace en déambulateur, je pensais qu’il avait acheté une nouvelle canne», raconte Tony à la Voix du Nord . «Il voulait aussi que je l’accompagne. Mais j’ai autre chose à faire. Comme si on offrait cent mille euros au hasard, comme ça. C’est n’importe quoi!», renchérit Gisèle.

Désillusion cannoise

Pas découragé pour autant, Aimé regroupe le peu de ressources qu’il lui reste, s’en va à la gare, achète un billet et se retrouve quelque temps plus tard sur la Croisette. Ne voyant personne l’accueillir en grande pompe, l’homme erre sous le soleil azuréen et essaie de trouver un hôtel pour se reposer. Sans argent pour régler ne serait-ce qu’une nuitée, il tente de faire valoir son chèque. Sans succès. Alerté par son état de santé, un gérant d’établissement aurait décidé de le transporter à l’hôpital, dans lequel il passera plusieurs jours. Mais même hospitalisé, Aimé n’en démord pas, et ne veux pas quitter Cannes sans son précieux chèque.

Résigné, il devrait finalement rejoindre la Gare Lille-Europe ce soir. Sans ses milliers d’euros.

Source : Lefigaro.fr

Publicités

  1. ermite-athee dit :

    Ce  » pauvre » homme a fait preuve d’une ténacité effrayante ! Là encore ce genre de pub/arnaque me répugne!
    Francis

    • maxine dit :

      Bonjour Francis, c’est un monsieur qui vivait dans la ville voisine de la mienne,
      un « pauvre » homme oui. Si cette histoire pouvait servir à quelque chose, si on
      se décidait une bonne fois à mettre un terme à ces arnaques! Il me semble avoir
      entendu qu’une société de défense du consommateur allait intervenir, il s’agit d’une
      société de cosmétique il me semble… Enfin, l’argent, toujours l’argent!
      Merci de ta visite Francis!